Avril 2019
Aleppo context

Alep: pardon et charité pour reconstruire la paix

Alep. L’hiver général porte les derniers coups à une ville qui a désespérément besoin du printemps. Cette année, trop de personnes sont mortes du froid. Les files d’attente aux stations-service ne promettent rien de bon et confirment la triste intuition avec laquelle nous sommes arrivés de Damas. Une autre ville à genoux, sans carburant, sans électricité. La nuit, la guerre a cessé, mais les bombes empêchent toujours les Alpes du quartier d’Azizieh de dormir.

La paroisse Saint François du Père Ibrahim continue d’aider tout le monde et, pendant les jours passés au couvent, les bénévoles alternent sans relâche dans cette machine de charité miraculeuse. Ils distribuent des bidons d’huile, de la nourriture et des couches pour les enfants. À n’importe qui, dans l’esprit qui a toujours inspiré les franciscains.

“Nous sommes maintenant réduits au petit reste”. Mgr Abou Khazen nous accueille sur le seuil de sa résidence, à côté du lieu où une religieuse a été littéralement désintégrée par un missile. “Sa mère attend toujours son retour, car son corps n’a jamais été retrouvé”, nous dit-il. La soif de justice de ce peuple est grande. “Mais la réconciliation, qui est le pardon, est encore plus grande que la justice.” Le vicaire apostolique trace – avec ces mots – le chemin de la paix. Bien qu’il soit humainement difficile de penser au pardon lorsqu’on marche sur des kilomètres de gravats. Pas seulement des matériaux, mais aussi des humains.

Les personnes qui ont subi un traumatisme, la violence, perdu la famille, les amis. Au Terre Sainte College, où nous avons récemment lancé un projet d’accueil de personnes souffrant de problèmes psychologiques, nous rencontrons des enfants de la guerre. “Ma fille a beaucoup souffert de la guerre. C’est devenu violent et agressif. ” Maryam est émue quand elle repense à ces années difficiles. Puis la petite fille, aussitôt qu’elle a grandi, “a commencé à poser des questions sur la guerre et la situation, qui pour elle était insoutenable“.

“Je sens que ma fille n’a aucune chance.” Parler est la mère d’un autre enfant qui présente de graves retards mentaux. “Dans mon village, j’étais désespéré: personne ne voulait jouer avec elle. Puis nous avons trouvé cet endroit, avec d’autres enfants comme elle: chaque jour, ils l’aident à développer ses capacités et les talents que Dieu lui a donnés ». Il sourit, essuyant ses larmes.

Parfois, il suffit de regarder leurs dessins, ou simplement de les voir dessiner, pour comprendre: «J’ai constaté à quel point ils écrasaient leurs crayons pour chasser les démons qu’ils avaient à l’intérieur», nous dit le psychologue chargé de suivre les garçons. Certains ne se montrent pas: ils ont peur de nous, ont peur des autres, se souvenant peut-être d’années d’abus et de violence. “Heureusement, nous avons de nombreuses histoires de réussite d’enfants qui surmontent lentement des traumatismes”, nous dit le père Firas Lutfi, responsable du centre et du projet financé par ATS pro Terra Sancta, alors qu’il nous emmène en voiture dans les quartiers les plus pauvres de la ville. “Cela prendra des années, mais nous ne pouvons pas, nous ne devons pas nous arrêter”.

En visitant un quartier de banlieue, nous regardons le visage d’un garçon ruiné par des plaies. En pantoufles, avec un pull vert poussiéreux et un pantalon déchiré, essayez de jouer avec les autres enfants proches de lui. Personne ne veut être près de nous, ils l’évitent, peut-être à cause de son apparence, son visage sale et gâché par de gros points rouges. Quelques minutes plus tard, nous découvrons que cet enfant a une maladie grave et dans quelques mois, si rien n’est fait, il mourra probablement. “Les autres gars pensent que c’est contagieux, alors personne ne veut le soutenir.”

Ni les autres enfants, ni l’état. Le père Firas nous accompagne lors d’une visite sur ces lieux, dans le cadre du projet “Un nom et un avenir“, dédié aux enfants nés de violences ou ayant besoin d’un soutien psychologique. Un projet né de l’amitié avec le Mufti d’Alep, que nous retrouvons dans son atelier, à côté de la citadelle millénaire. “Ce qui nous unit, c’est la charité”. Le père Firas, un vieil ami à lui. Il est heureux d’être avec lui et avec nous, car nous avons parié sur cette voie de l’acceptation, “la bonne voie”.

A tel point que – en nous renvoyant – il dit: “N’ayez pas peur, celui qui est du côté de la vérité l’emportera”. Il ne voulait probablement pas dire victoire militaire. Le défi est encore plus grand: il concerne la victoire de tout un peuple sur son avenir. Et en regardant ce qui a été fait et tout ce qui est fait pour aider Alep, il faut être d’accord avec lui.

 

SOUTENIR NOS ACTIVITÉS

 

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer