Septembre 2019

Le cardinal Bagnasco en visite à Alep: “un signe d’espoir pour tous”

Alep. Les décombres sont facilement piétinés à Wartan, une région frontalière qui est le théâtre d’affrontements violents. Les lumières d’un coucher de soleil chaud accompagnent une petite procession qui serpente dans les rues de la ville. Le cadre est triste: maisons et bâtiments détruits par la guerre, tandis que le son des tambours remplit ces salles laissées vides pendant des années. Marchant parmi les débris, escorté par des éclaireurs de la paroisse latine, un groupe d’hommes politiques locaux, qui tiennent presque les évêques et les cardinaux. Ils ne parlent pas, ils observent avec des yeux lucides ce qui reste d’un énorme complexe jésuite attaqué par les milices de Jabhat al Nusra. Dans la chapelle, un crucifix aux bras cassés est devenu au fil des ans le symbole de la communauté chrétienne souffrante d’Alep. Aujourd’hui, la chapelle s’est effondrée, ainsi que la moitié de l’édifice. Dans la cour vient, avec les prières que tout le monde connaît, cette procession inhabituelle. Les applaudissements de plus de 2000 personnes l’accueillent. Ils sont les chrétiens restants.

Ils veulent célébrer, célébrer la renaissance de la ville. Parmi eux, en tant qu’ami, le cardinal Angelo Bagnasco a également visité la ville martyre. “J’ai découvert une ville souffrant, mais avec une grande vitalité”. Le président des évêques européens a accueilli l’invitation de la communauté chrétienne et a passé quelques jours parmi eux, sans se ménager, et où il a pu constater “le poids des sanctions internationales qui rendent la vie des gens impossible”.

“Les communautés ont considérablement diminué – continue-t-il – mais elles sont également plus cohérentes, tant au sein des rites individuels que de manière générale, signe d’une présence qui est un levain pour tout le pays”. L’archevêque de Gênes est arrivé en Syrie pour visiter les projets de la Custodie de Terre Sainte financés par l’Association pro Terra Sancta, qui les a mis en œuvre au fil des ans et qui ont été rapportés. Les initiatives humanitaires qu’il a financées lui-même, alors qu’il était président de la Conférence épiscopale italienne, ont contribué à son financement. “Les évêques italiens ont beaucoup aidé la communauté d’Alep au cours de ces années, a poursuivi le cardinal de la Ligurie. Ces derniers temps, j’ai pu constater les résultats obtenus, qui sont très ponctuels et nécessaires pour soulager la population. Partant des maisons reconstruites, mais aussi des petits projets qui ont donné du travail à ceux qui en avaient été privés ». Une petite goutte pour combler la soif de vie de la population, en particulier des chrétiens, sur laquelle l’archevêque reparle: “La présence chrétienne en Syrie et en Orient est une valeur à laquelle l’Église ne peut ni ne doit renoncer. C’est un lieu où nous sommes continuellement régénérés, comme dit souvent le Saint-Père, en parlant de ce poumon de l’Orient “.

Quelque chose que même le cardinal génois a connu ces jours-ci à Alep: «J’ai rencontré des familles dont la maison a été reconstruite. J’ai vu une grande joie dans leurs yeux. Dans le travail, j’ai vu une grande dignité et une grande confiance. Je rentre chez moi après avoir vu qu’il est possible de reconstruire. Pour cette raison, les chrétiens ne doivent pas abandonner ni penser que la Syrie n’a pas d’avenir. Pas du tout “.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer