Terra Sancta Museum: en attendant les locaux, les collections se préparent

[De custodia.org] Tandis que les travaux de restauration des salles du musée se poursuivent, frère Sergey Loktinov, archiviste de la Custodie, prépare les documents qui y seront exposés et en particulier les firmans. Les firmans sont des décrets royaux ou des documents juridiques émis par l’Empire ottoman, dont l’existence est fondamentale afin de  pouvoir retracer l’histoire de la présence des chrétiens à Jérusalem.

Le Fonds Firmans de la Custodie de Terre Sainte constitue une richesse exceptionnelle tant pour la quantité (2743 ont déjà été répertoriés) que pour la qualité artistique comme frère Sergey nous le raconte. Une des plus belles pièces de la collection qui sera présentée au musée appartient à la collection “gold”, ou bien aux firmans enluminés à la feuille d’or. Mais un tel document ne peut pas être exposé sans des précautions particulières: un cadre hermétique doté d’une structure métallique anticorrosion assure sa stabilité hygrométrique.

A l’instar des autres firmans, il a été nécessaire de restaurer cette pièce exceptionnelle, qui fut émise par la Sublime Porte en 1755. Le firman qui octroie des droits aux franciscains au Saint Sépulcre est en langue osmanlie, c’est à dire la langue turque écrite avec l’alphabet arabe.

Frère Sergey Loktinov s’est adressé à deux restauratrices du laboratoire Consorzio Indaco (Italie): Chiara Lanciani, spécialiste des parchemins, et Ilaria Mansi experte en tissu. Pendant leur récent séjour à Jérusalem, elles ont mis en place une sorte de salle d’opération: scalpels, ciseaux, pinces, gants blancs et même un morceau d’os !

Chiara a dû reconstituer de la matière en essayant des papiers de différents grammages pour approcher au plus près du papier originel. Au final, son travail ne se devine qu’en mettant le document à contre jour. Ilaria travaillait sur un tissu beaucoup plus léger sur lequel le papier avait été collé. La trame de l’étoffe doit être la plus proche possible à celle du tissu originel. Les deux restauratrices affirment que le travail a été facilité par la qualité des matériaux utilisés dans les siècles passés. “Les œuvres modernes se détériorent beaucoup plus vite” dit Chiara.

L’ensemble du Fonds Firmans doit être nettoyé. En attendant, de nouvelles mesures conservatoires ont été prises pour toute la collection. “Quelques pièces seront mises sous verre pour pouvoir être présentées y compris lors d’expositions temporaires” nous confie frère Sergey. “Nous venons d’en restaurer trois en profondeur, mais c’est une centaine de firmans qui auraient besoin des mêmes soins.» poursuit-il. Une mission qui devra trouver des financements extérieurs pour être menée à bien.

Vous souhaitez contribuer à la restauration de la collection exceptionnelle de firmans de la Custodie de Terre Sainte? Vous pouvez faire un don ici.