Octobre 2018
aleppo rinasce

Récit d’un voyage en Syrie. Dernier arrêt: Alep entre poussière et gravats, mais envie de tout recommencer

Une épaisse couche de poussière enveloppe la ville d’Alep, dernière étape de notre voyage en Syrie, afin de nous protéger du soleil. Du sable et de la poussière qui – selon certains – viennent de l’est, des débris et rendent l’air irrespirable, veulent presque suffoquer de nouveau cette ville si douloureusement tourmentée et qui a repris sa respiration.

En fait, la vie est revenue à Alep. Dans de nombreuses régions, d’importants travaux de reconstruction ont été entrepris et certains magasins ont rouvert leurs portes. Tout comme l’ancienne citadelle a été récemment rouverte, la fierté de la ville était autrefois une destination prisée des touristes du monde entier. Bonne nouvelle, car jusqu’à récemment, cet endroit était une garnison militaire: une cinquantaine de soldats de cette colline ont résisté à l’avance inexorable des miliciens de l’Etat islamique qui avaient déjà envahi l’est de Alep et les avaient entourés de partout.

“Si elle était tombée, la citadelle aurait été la fin, car à partir d’ici, il y a une série de tunnels souterrains qui se divisent dans toute la ville et arrivent partout”. Yorgo nous dit que nous grimpons dans les anciennes ruines derrière une rangée d’enfants qui visitent l’école; c’est aussi quelque chose de nouveau ces jours-ci. Yorgo est le technicien responsable de la coordination des projets de distribution de colis alimentaires et médicaux, soutenu par ATS pro Terra Sancta dans la paroisse de Saint-François à Alep, dans le district d’Azizieh. Une activité qui a aidé de nombreuses familles dans les années les plus difficiles du conflit et qui continue de soutenir environ 12 000 personnes chaque mois.

Yorgo a également bénéficié d’un des nombreux projets ATS à Alep au cours de ces huit années de guerre. “J’avais tout perdu – nous dit-il – nous n’avions plus d’eau et très peu de nourriture. On m’a dit qu’à la paroisse des Franciscains l’eau était distribuée depuis les puits, alors je me suis tournée vers eux. À partir de là, mon histoire a commencé avec les franciscains et les ATS “. Ce jour-là, Yorgo a rencontré Ibrahim Alsabagh, curé de l’église de San Francesco à Alep Azizieh, qui lui a demandé de suivre la logistique des projets en cours. “Il m’a littéralement sauvé la vie”, nous dit-il encore, “avant la guerre, j’avais une chaîne de magasins d’antiquités, j’ai parcouru le monde pour récupérer meubles et antiquités, mais au jour le jour, je me suis retrouvé sans rien : ils ont cassé les magasins et tout volé. Je n’avais plus de travail et ma famille et moi avions faim. ” Yorgo est vraiment reconnaissant, comme en témoignent sa disponibilité infatigable et son excellent travail. “Croyez-moi – nous répétons sans cesse – sans nous, les chrétiens n’existeraient plus ici”.

Entre temps, nous arrivons aux murs de la citadelle, couverts de postes militaires faits de sacs de jute et de couvertures et entourés de poubelles en métal, le sol toujours recouvert d’un tapis d’obus et d’obus de mortier. Il n’est pas difficile d’imaginer les soldats stationnés ici pendant deux ans sans jamais sortir, approvisionnés en nourriture et en munitions à partir d’un hélicoptère une fois par mois. Mais ce qui nous impressionne le plus, c’est la vue qui nous vient à l’oeil lorsque nous observons l’un des poteaux de la balustrade: à l’horizon, seuls des décombres et des décombres. Nous les regardons en silence, alors que la poussière semble vraiment s’élever de là, des copropriétés, des hôtels et même des mosquées détruites.

“Il faudra plus de 20 ans pour reconstruire ce désastre”, nous dit Yorgo. Et il faudra encore plus de temps pour reconstruire les décombres d’une humanité blessée, celle que chaque homme, femme ou enfant porte à l’intérieur. Surtout des enfants, comme Hani, six ans, qui a tenté de se suicider il y a un mois. “Nous suivons plus de cinquante cas d’enfants comme lui, souffrant de dépression infantile due à un conflit”, explique Binan, psychologue et coordinateur des activités du Collège Terra Sancta, la structure franciscaine (soutenue par ATS pro Terra Sancta en collaboration avec MISEREOR) que nous visitons dans l’après-midi. Ici, différentes activités sont proposées pour l’entraînement, du jeu à l’aide psychologique pour 250 enfants dans le besoin. “Il n’y a aucune structure de ce type ailleurs à Alep, mais je ne pense pas même dans toute la Syrie“, poursuit Binan, “et je suis reconnaissant de pouvoir participer avec les frères à cette initiative importante, particulièrement en ce moment”.

ATS pro Terra Sancta à Alep soutient de nombreuses activités de reconstruction d’immeubles et de maisons, ainsi que celles d’assistance de ce type. Pendant les jours que nous avons passés ici, nous visitons beaucoup et nous voyons dans tous un espoir croissant pour l’avenir, en plus de l’immense gratitude de tous, qui ne manque jamais.

Pendant ce temps, à quelques kilomètres d’ici, à Idlib, où les rebelles en fuite sont perchés, le spectre de la guerre plane avec insistance sur toute la province. Et même au sud d’Alep, l’étincelle de violents combats jaillit parfois. “Personne ne sait ce qui va arriver à Idlib – ils commentent – nous ne savons pas comment cela va se terminer, il y a toujours la crainte que la terreur revienne à Alep”.

Cependant, compte tenu de la grande reconstruction en cours, nous comprenons que quelque chose a changé, même si l’urgence est toujours là: ceux qui ont tout perdu ne le retrouvent pas du jour au lendemain, comme ceux qui n’avaient pas de travail et qui n’ont pu obtenir le la nourriture a encore du mal à se payer les nécessités de base. Il faudra encore longtemps avant qu’Alep puisse enfin enfin se lever au dessus de la poussière. Shuai Shuai … Inchallah, ils disent ici: “lentement, si Dieu le veut”.

Soutenez nos projets à Alep!

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer
sur le même sujet

EN SYRIE, ON NE SE REND PAS (Mars 2018)

Alep : recoudrons-nous les blessures des petits syriens (Février 2018)

Rappellent Noël: le cadeau des franciscains aux enfants d’Alep (Janvier 2018)

Foi, Espérance et Charité à Alep. La dernière étape de notre voyage en Syrie (Novembre 2017)

Une maison pour Alep (Novembre 2017)

Alep: “tout pour reconstruire, mais nous ne sommes pas seuls” (Octobre 2017)

Alep se relève (Février 2017)

Guerre totale à Aleppo : Dernières mises à jour des moines en Syrie (Septembre 2016)

“La charité est le premier commandement” : le témoignage des centres estivaux d’Alep (Juillet 2016)

Nous vous racontons notre voyage en Syrie (Avril 2016)

Syrie. Des milliers de personnes fuient Alep. Le nouvel appel du Pape. (Février 2016)

Nouvelles de Syrie : bilan de l’année 2015 et comment nous allons faire face à la nouvelle année (Janvier 2016)

Syrie: malgré la violence et la catastrophe humanitaire incessante, la Miséricorde a frappé aux portes d’Alep (Décembre 2015)

Syrie: de nouveaux appareils ont été envoyés à l’hôpital d’Alep (Novembre 2015)

Alep, l’église a été frappée : elle tremble mais ne tombe pas. Frère Ibrahim : « La Vierge nous a protégés » (Octobre 2015)

Syrie : denrées alimentaires et médicaments pour Alep grâce à un projet financé par la Coopération Italienne (Septembre 2015)

Alep : l’arrivée de machines et de médicaments allège la crise sanitaire (Septembre 2015)

Le personnage du mois: Fra Ibrahim, curé d’Alep en Syrie (Juillet 2015)

Urgence Syrie: un centre d’été apporte la joie au coeur d’Alep (Juillet 2015)

« Ayez courage mes frères, parce que chaque commencement a une fin » : les paroles d’espérance du nouvel évêque franciscain d’Alep (Janvier 2014)