Sur les traces du père Michele Piccirillo

Voyage entre Jordanie, Palestine et Israël pour se souvenir du père Michele Piccirillo, célèbre bibliste et archéologue du Studium Biblicum Franciscanum de la Custodie de Terre Sainte, récemment décédé : « Sur les traces du père Michele Piccirillo ».

Le village de Montevarchi, deux ans après la mort du père Michele Piccirillo, souhaite s’en souvenir en organisant un voyage « sur ses traces », en collaboration avec le Studium Biblicum Franciscanum de Jérusalem et ATS pro Terra Sancta, l’ONG de la Custodie de Terre Sainte.

Le père Michele s’est rendu célèbre dans le monde entier par son activité d’archéologue, surtout liée aux fouilles du Mont Nébo, en Jordanie. Sa vie, qui s’est achevée le 26 octobre 2008, a été marquée par un engagement permanent pour la recherche historique et archéologique, ayant fait de lui une référence pour tous les chercheurs de la Terre Sainte. Il était héritier de la tradition franciscaine dans le domaine de la palestinologie, marqué par les grandes figures des pères Bellarmino Bagatti et Virgilio Corbo. En faisant usage de moyens de divulgation, il a su attirer l’attention du monde, tant sur les problèmes liés à ses études, entreprises dans les tourmentés territoires israélo-palestiniens, que sur ses campagnes de fouilles, qui ont toujours donné des résultats décisifs, au point d’impliquer de nombreux collaborateurs enthousiastes, jeunes comme professionnels. Il a ouvert des écoles de restauration à Jéricho et Madaba, et a su obtenir le soutien des institutions pour financer ses recherches. Il communiquait avec la même facilité avec les hommes politiques qu’avec les bédouins du désert. En collaboration avec de nombreuses  maisons d’édition, comme San Paolo, Jaca Book, Velar, Éditions Dehoniane, il a laissé en héritage une œuvre riche, à travers une énorme quantité de témoignages. Ses publications sont très nombreuses, tout comme ses fouilles.

Pour Montevarchi, le père Michele n’était pas seulement le « grand » archéologue de Terre Sainte : il était l’ami de toute la communauté. Avec son amitié et sa bonté il a favorisé et soutenu le jumelage entre Montevarchi, Pratovecchio et Bethléem.

En souvenir du père Michele, le maire Giorgio Valentini a dit : « L’homme des pierres et de la foi ; sa disparition nous incitera encore plus à promouvoir les valeurs de paix et de solidarité entre les peuples, en plus de réaliser les engagements pris pendant le jumelage ».