Septembre 2019
Bethany profumes

Béthanie: un parcours pour redécouvrir les huiles essentielles et les parfums traditionnels

“Utilisez-vous des plantes médicinales dans la vie quotidienne? Quelles plantes connaissez-vous? Voulez-vous savoir les reconnaître? »C’est sur ces questions qu’Andrea Primavera, consultant en développement de techniques agronomiques pour la production de plantes médicinales et d’herbes médicinales, a commencé son exposé sur les plantes officinales aux femmes des associations féminines de la Société pour la femme Béthanie Shouruq et d’Al Hana.

La relation entre les femmes de Béthanie et les plantes aromatiques et officinales est vieille de plus de mille ans: dans l’Évangile de Jean, il est dit que Marie, une des sœurs de Lazare, ointe, pour l’adorer, les pieds du Christ avec le précieux parfum de nard, pétrole avec un coût très élevé aussi pour le temps. En fait, du rhizome du nard, écrasé et distillé, une huile essentielle d’ambre intensément aromatique et très dense a été utilisée dans les temps anciens, utilisée comme parfum. Aujourd’hui, l’huile de nard est peu utilisée, mais dans la tradition locale, il existe encore des connaissances sur l’utilisation des huiles essentielles pour les soins personnels, à des fins esthétiques et médicinales.

Dans le cadre de la «Betania Solidale» avec la contribution de l’Agence italienne pour la coopération et le développement (AICS), l’Association pro Terra Sancta et le Mosaic Center Jericho, grâce aux connaissances spécifiques d’Andrea, collaborent avec les associations de femmes locales qui tentent de maintenir tradition d’utilisation d’huiles essentielles naturelles dans la fabrication de savons et de crèmes pour le corps.

Au cours de ses décennies d’expérience en tant que consultant auprès de particuliers et d’organisations non gouvernementales, Andrea a parcouru l’Europe et de nombreux pays du monde, notamment en Albanie, au Maroc et au Ghana, où il a donné des conférences sur le développement de techniques agronomiques pour la production de plantes médicinales, la mécanisation et la récolte. et post-récolte d’herbes. Ses séminaires ne visent pas seulement à montrer les multiples utilisations des herbes, mais également, à travers des ateliers pratiques, à enseigner la meilleure façon d’exploiter une ressource qui pousse naturellement dans la nature ou qui peut être facilement cultivée dans de petits jardins et des balcons à la maison. Derrière le simple geste de cultiver une plante dans son jardin, de nouveaux scénarios s’ouvrent à une population opprimée par la pauvreté et des conditions de vie difficiles qui, en raison de la forte urbanisation, rendent impossible l’utilisation de techniques et de traditions anciennes. “Avec des mesures simples telles que la récupération des eaux de pluie pendant les mois d’hiver et un système de compostage organique pour la production d’engrais naturel – explique Andrea – vous pouvez créer un petit potager” fait maison “, une forme d’agriculture urbaine pour la production d’herbes et de plantes médicinales permettant d’obtenir (par voie de séchage, distillation, extraction) des huiles essentielles, des parfums, des tisanes et bien plus encore “.

“Andrea nous a montré comment il est possible de mélanger différentes huiles essentielles pour créer un parfum: je n’avais jamais rien fait de tel”, nous dit Afnan, une jeune étudiante en chimie inorganique de l’université d’Al-Quds qui a récemment rejoint l’association Shouruq. «Même si la fabrication de parfums n’est pas vraiment mon domaine d’étude, j’aime expérimenter de nouvelles choses et mettre en pratique mes connaissances en chimie. J’ai rencontré Shouruq par l’intermédiaire d’une amie et j’ai immédiatement décidé de rejoindre ce groupe de femmes afin de créer quelque chose ensemble. Pour nous, filles palestiniennes, il n’ya pas beaucoup de possibilités de trouver du travail dans notre domaine, c’est une grande possibilité pour moi ».

Selon Andrea, les femmes jouent un rôle fondamental dans la création de ces produits. “Sur la base de mon expérience en agriculture urbaine dans des communautés où la famille joue un rôle central, comme dans le cas de la société palestinienne, les femmes jouent un rôle essentiel dans la réussite du projet.” Grâce aux femmes de Shouruq et d’Al Hana restera à Béthanie la tradition des huiles présentes depuis l’époque de Marthe et de Marie.

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer