L’Association des Gelmini, une aide aux peuples de Terre Sainte

email whatsapp telegram facebook twitter

“Nous ne faisons pas de gros travaux sur l’infrastructure, seulement des emplois simples et humbles, sans enlever le travail aux résidents. Avec certaines personnes, nous sommes également devenus amis et nous sommes appréciés parce que – comme ils nous l’ont dit – nous n’allons pas à commander mais nous les soutenons dans des petits besoins”. Gabriele Casadei part d’ici pour parler de son expérience avec l’Association Romano Gelmini, dont il est président. “En 2006, Ettore Soranzo a été appelé par le gardien des Franciscains, le père Pizzaballa, à travailler à la Custodie avec la mission de créer un véritable Bureau technique basé à Jérusalem. A cette occasion, nous nous sommes également rendus disponibles pour le suivre et pour effectuer notre service auprès des Frères de la Custodie, dans les lieux qui leur ont été confiés pendant 800 ans”.

Tout a commencé de cette façon, très simplement. Depuis lors, environ 80 volontaires viennent chaque année pour donner leur temps et leur énergie pour aider la Custodie de Terre Sainte dans tout travail utile. Afin d’accomplir le même service que l’ingénieur véronais, décédé subitement, Romano Gelmini, dont il porte le nom, devait offrir. Avec quatre équipes par saison, dans les couvents, les écoles, les hôpitaux, certains repeignent les murs, d’autres installent des panneaux électriques, d’autres sont dédiés à la menuiserie et à la soudure ; puis il y a ceux qui se consacrent au jardinage, et d’autres au nettoyage du mobilier sacré ou du Terra Sancta Museum. “En cela – dit Gabriele –les amis d’ATS pro Terra Sancta aussi, avec leur engagement et leur activité, essayent de valoriser non seulement les lieux et l’archéologie, mais à travers les projets, ils s’adressent aux locaux, en leur proposant de travailler, pour les aider à retrouver le caractère précieux de leur personne, de leur travail ou de leurs projets, de prendre la vie entre leurs mains“.

Selon Casadei, c’est un aspect très important : “Ces témoignages sont ceux qui, plus que d’autres, peuvent rendre évidents aux gens de Terre Sainte, que l’enseignement de Jésus est très actuel et nous, en faisant ce que nous faisons, nous réalisons que nous n’allons pas enseigner rien, nous allons apprendre à aimer davantage Jésus-Christ, qui est le sens, l’idéal que notre cœur désire rencontrer, suivre et servir “. Les témoignages de ceux qui peuvent passer quelques jours en Terre Sainte sont enthousiastes : “C’est ma quatrième année ici – dit Adolfo Buffo (chef de la dernière ronde de jungle) – et chaque fois que je ne sais pas ce que je ferai. Parfois, je me suis demandé pourquoi je le fais parce que tu ne sais pas comment ton travail se terminera, mais après des années j’ai compris que tu le fais pour toi-même, pas pour une fin”.

Quelqu’un comme Chiara est venu pour la première fois conduit par un grand désir de venir en Terre Sainte pas comme un touriste. “Je voulais savoir comment tu vis ici. – elle dit – La première impression est que je marche où Jésus a marché, et ainsi en travaillant, en priant et en vivant dans la Maria Bambina de Jérusalem avec des gens qui souvent tu ne connaît pas, je fais une expérience extraordinaire “. “Le week-end, nous avons l’opportunité d’explorer les lieux de la Terre Sainte – dit Ido – mais la plus forte expérience est avec les gens, les frères, les nonnes et avec ceux qui ont vécu ces lieux pendant des années appelés le Cinquième Évangile“. Ido a été fortement frappé par l’expérience de l’orphelinat de Bethléem, l’Institut Hogar Niños, tandis qu’Adolfo d’une école de Haïfa, et Chiara d’une l’école maternelle de Keilà avec des enfants chrétiens réfugiés aujourd’hui.

Et Gabriele, à la fin, dresse un bilan: “Aujourd’hui, après une quinzaine d’années d’initiative, beaucoup d’entre nous ne vont pas en Terre Sainte uniquement pour des quarts de travail, mais reviennent aussi pour de courtes périodes juste pour trouver des amis, être avec eux, comme nous le faisons avec des amis en Italie, peut-être pour prendre un café, parce que l’amitié est l’un des principaux événements que Jésus lui-même nous a enseigné être un « trésor », que lorsque vous le trouverez, vous ne voudrez plus le perdre et vous ferez n’importe quoi pour le regarder et le cultiver.  Cela a également frappé de nombreux amis en Terre Sainte qui, bien que forcés de vivre parmi les nombreux murs qui les entourent, ont découvert la «liberté» du cœur, cette graine qu’aucun mur ne peut jamais supprimer. C’était impressionnant de constater que tout cela est vrai pour nous, non seulement quand nous rencontrons des amis en Terre Sainte, mais c’est vrai parce que c’est ce que le cœur de chaque homme désire pour lui-même, dans n’importe quelle situation ou condition de vie.  Ils ont un mur de béton armé de huit mètres, nous avons beaucoup de murs, qui ne sont pas en béton armé mais qui sont plus hauts et plus denses et qui nous empêchent d’être également libres, d’abord nos préjugés.  Pour cette raison, nous n’allons pas enseigner quoi que ce soit, nous partageons l’expérience d’un trésor qui nous a été montré il y a 2000 ans et qui doit être redécouvert et conservé, à partir des endroits où tout a commencé et des gens que dans ces lieux aujourd’hui ils vivent encore “.