Juillet 2019
Guesthouse pro Terra Sancta

Sur le chemin du disciple parmi les pierres vivantes de la Terre Sainte. L’histoire de deux pèlerins

Paola, 40 ans, et Riccardo, 49 ans, sont deux marcheurs qui ont décidé d’entreprendre Le Sentier du disciple, un voyage de Nazareth à Jérusalem basé sur les conseils de Silvano Mezzanzana, publié par Edizioni Terra Santa. Elle est aujourd’hui un ancien pompier et érudit en théologie, tous deux passionnés par les pèlerinages à pied comme le Camino de Santiago ou la Via Francigena. auberges donatives. Au cours de leur voyage, ils ont séjourné dans les maisons d’hôtes de l’Association pro Terra Sancta et du Mosaic Center Jericho et ont visité certaines activités. Intrigués par leur histoire, nous leur avons demandé de nous raconter leur aventure en Terre Sainte et les moments les plus significatifs de leur voyage.

 

Qu’est-ce qui vous a amené en Terre Sainte et qu’est-ce qui vous a poussé à faire un pèlerinage à pied?

Nous nous sommes rencontrés en faisant ce qui nous appartenait le plus et nous l’aimions mieux: marcher et accueillir les autres. Le 25 juillet dernier, nous nous sommes mariés le jour de la Saint-Jacques. Ce voyage ressemble un peu à notre lune de miel, nous avons réussi à l’organiser grâce aux cadeaux offerts par nos amis et parents. Après avoir parcouru seuls les routes de Santiago et de Rome, nous avons eu envie de nous rendre à pied en Terre sainte.

Nous aimons voyager, mais nous nous sommes rendu compte que lorsque vous voyagez juste pour voir les endroits, vous ne pouvez pas entrer en contact avec des personnes comme lorsque vous marchez. En marchant, vous avez le temps de comprendre où vous vous trouvez, d’entrer en contact avec le lieu de façon profonde et de rencontrer vraiment des gens.

Pourriez-vous parler brièvement du voyage et de certains épisodes significatifs?

Le voyage en Terre Sainte est très différent des autres destinations. En douze jours, suivant les indications du Sentier du disciple, nous avons traversé la Galilée, la Samarie et par le désert de Juda, nous sommes arrivés à Jérusalem. C’est un voyage aventureux, à la fois pour la moindre signalisation de la route (nous nous sommes basés sur une application avec GPS connecté au guide), et parce que, étant moins fréquenté, il dispose de moins de possibilités d’hébergement et nous devons donc nous arrêter à des étapes plus obligatoires. Pour ces raisons, nous vous recommandons d’avoir au moins deux ans ou de vous fier à un guide local.

La particularité de ce voyage est certainement d’entrer en contact avec la population locale. Bien qu’il y ait eu une peur initiale, en particulier la mienne [a admis Paola ndr.], Avant d’entrer dans les territoires palestiniens à cause des informations souvent lues dans les journaux, depuis l’entrée de Jénine, cette terre a dépassé nos attentes. Au-delà du chaos et de la boue dans les rues, auxquels nous sommes moins habitués, nous avons été très touchés par l’accueil et la grande bienveillance dont nous avons bénéficié. Bien que les gens aient été surpris par le fait que nous marchions, l’accueil envers l’étranger et le voyageur était toujours présent.

Cela fait partie de la culture de ce peuple: du travailleur dans les carrières au forgeron, en passant par le marchand de fruits, tout le monde voulait nous offrir de l’eau, du café et de la nourriture. Par exemple, un garçon de Jénine âgé de 12 ans qui a vendu des bonbons dans les rues nous a offert des biscuits gratuits sans rien demander en retour. Un jour, même une riche famille d’immigrés aux États-Unis nous a accueillis chez eux et la fille a offert un collier à Paola. À tous les niveaux de la société, des pauvres aux riches, nous avons reçu des cadeaux fondés sur la possibilité de les traiter sans aucun intérêt secondaire, un aspect que nous garderons toujours dans nos cœurs.

Pendant votre voyage, vous avez séjourné dans les hôtels de l’Association pro Terra Sancta et du Mosaic Center Jericho. Comment évaluez-vous votre séjour dans nos établissements?

Nous avons passé une nuit à la maison d’hôtes à Nusf Jubeil et avons décidé de rester une nuit de plus à Sebastia. Nous avions besoin d’un peu de repos, car le parcours dans ces régions est difficile. Nous avons pu apprécier l’accueil et le soin particulier apporté à l’invité de vos activités. Quand nous sommes arrivés à Sebastia ou à Jéricho, nous avons eu l’impression d’être dans de petites oasis: les chambres sont belles, propres et confortables. Vos installations constituent un excellent filtre qui sert de médiateur entre le pays d’origine, l’Italie et nos normes occidentales, et les traditions locales du pays que nous visitons. Excellente cuisine: nous nous souvenons encore du Maklube, un plat de riz et de poulet que nous avons mangé à Sebastia.

Si vous dormez dans nos maisons d’hôtes et que vous devez entrer en contact avec nos projets et la communauté locale avec laquelle nous travaillons, pensez-vous que cela a ajouté de la valeur à votre voyage?

Oui, bien sûr, nous avons été très bien reçus par Rami et Shadi qui travaillent dans les guesthouses. Ce sont des gars qui réussissent à transmettre la passion de leur travail et du pays dans lequel ils vivent. Nous nous sommes arrêtés pour parler avec eux et avec certaines personnes locales et nous avons pu nous comprendre même si nous parlions deux langues différentes. Personnellement, dit Paola, au Mosaic Center de Jéricho, je suis tombée amoureuse des mosaïques. Je suis ravie de les voir travailler et créer ces chefs-d’œuvre: j’aimerais revenir pour suivre un cours de mosaïque. Dans ce centre on respirait une atmosphère magique et un climat très familier. Nous apprécions vraiment votre travail et espérons que de nombreux pèlerins pourront le connaître.

Que vous a laissé cette expérience et qu’apportez-vous au cœur de cette aventure?

C’est un voyage que nous recommandons à chacun de faire au moins une fois dans sa vie. Un itinéraire vraiment difficile, mais l’arrivée à pied de Béthanie à Jérusalem, après tous ces jours de marche, laisse une émotion unique.

Nous emmènerons avec nous les nombreuses personnes que nous avons connues. L’accueil et l’esprit de générosité envers l’autre de ce peuple. Des bédouins qui vivent dans le désert aux vendeurs de fruits, en passant par les enfants qui nous ont toujours adressés des sourires et des salutations, aux nombreuses personnes qui ont offert de nous aider et de nous donner un coup de main: ils sont le plus beau souvenir de cette aventure.

SOUTENIR NOS ACTIVITÉS

Recommandez facebook twitter google pinterest Imprimer Envoyer